Contribuer

Appel à projets en cours : Polysème #7 Handicaps

Handicaps, ou situations de handicap, selon l’expression qui nous correspond le mieux. 

Par ce terme, nous entendons toute condition qui nous entrave dans notre quotidien, dans nos interactions sociales ou avec notre environnement ; qui nous empêche de réaliser certaines tâches ou certains mouvements ; qui réduit nos capacités par rapport à nos propres normes ; qui nous rend inadapté·e face à une norme qui ne prend pas notre vécu en compte. Et ce, qu’il s’agisse de handicaps qui nous rendent, ou non, malades.

En résumé, nous ne voulons pas imposer de définition restrictive et nous souhaitons que chacun·e se sente légitime et libre de contribuer en fonction de sa propre définition et de sa propre situation. Nous sommes conscient·e·s qu’il n’y a pas un handicap, mais une pluralité de vécus.

Dans ce numéro, nous souhaitons que tu te sentes libre d’aborder le fait de vivre en fauteuil roulant, avec une endométriose, une maladie auto-immune réduisant tes capacités, une dépression, une dyslexie ou en étant autiste, par exemple.

Nous souhaitons que ce thème soit abordé dans toute sa complexité, du validisme systémique (avec toutes les difficultés d’accès aux soins, à l’éducation, au travail, au dehors, à la sexualité, à la reproduction, etc.) aux forces que te donnent ton individualité. De l’impact que cela à sur ton quotidien, ton bien-être et ton identité. Des limites qu’il faut imposer à la pathologisation, mais aussi de l’importance de reconnaître la souffrance et l’auto-diagnostic. Du questionnement des normes physiologiques qui entraînent une surmédicalisation, mais qui sont aussi un outil de détection. De l’importance de mettre des mots sur nos conditions et du rapport au corps. Du problème de l’absence de représentations de nos corps, de nos maux, de ce qui sort des normes, du non-visible. Des handicaps qui apportent d’autres capacités. De l’impact que cela a sur nos pratiques artistiques.

Nous souhaitons aussi que ce thème puisse être abordé par le prisme de la convergence des luttes. Quelles réflexions cela impose, lorsque l’on est femme, transgenre, queer, racisé·e, travailleur·se du sexe, etc. ?

Quels sont les manques liés à cette réalité dans les milieux militants ?

Quelles réflexions émergent dans le fait de vivre dans une société capitaliste aliénante, qui force au travail rémunéré et à la rentabilité ? Comment ce système impacte nos vies, créé et pérennise des handicaps ?

Deadline : 31 décembre 2021

Appel à projets en cours : Mini Polysème Misandrie

Et toi, es-tu misandre ? Sais-tu ce que c’est ?
De plus en plus dans des milieux militants, on parle de misandrie comme d’un concept politique, un ordre du monde, une nouvelle manière de penser nos sociétés qui permettrait aux victimes de l’hétéropatriarcat de se libérer des oppressions, puisque la misandrie se construirait en opposition au patriarcat et à la misogynie qui incarnent, eux, des systèmes régissant l’existence de toutes les personnes qui ne sont pas des hommes cisgenres et ne jouissent pas de leurs privilèges.
Pourtant, il est difficile de trouver des ouvrages qui recensent des créations misandres et réfléchissent à la manière dont, politiquement, il est possible de créer sous ce nouveau prisme.
Alors, pour ce prochain Mini Polysème, c’est à la misandrie sous toutes ses formes que nous t’invitons à réfléchir. En dessin, en mots, en images, la misandrie comme tu la perçois, comme tu la désires, comme tu la projettes nous passionne et nous permettra de créer un numéro à la fois pédagogique et artistique, hybride entre l’essai, le reportage et le portfolio.
Dans le dictionnaire Larousse, « misandre » est défini comme tel : « Qui éprouve du mépris, voire de la haine, pour le sexe masculin ; qui témoigne de ce mépris. (S'oppose à misogyne). » Nous souhaitons dépasser cette vision aseptisée et dépolitisée de la misandrie, et réfléchir à un projet social et sociétal, ensemble, dans la lignée de nos autres publications.

Deadline : 15 décembre 2021

Appel à projets en cours : Mini Polysème

Nous continuons à chercher des artistes pour ce format, afin de présenter l'ensemble de leur travail ou un projet en particulier, visuel ou textuel (portfolio photo, essai politique, projet protéiforme, etc.).
Ce format est en A5 et fait 44 à 64 pages.
Nous fonctionnons en contrat d'édition avec ce format, et les artistes sont rémunéré·e·s.

Pour répondre à un appel à projets :


Nos appels sont réservés aux artiste femme, homme transgenre ou personne non-binaire.
Tous les médiums et toutes les pratiques sont acceptés mais la photographie est restreinte à l'argentique et l'instantanée.
Chaque projet doit être accompagné d'une courte biographie, des crédits des modèles et éventuellement d'une courte notice ; et doit être envoyé par mail à polysememag [at] gmail.com.
Merci de nous envoyer tes œuvres visuelles en HD par Wetransfer.

Collaboration et rémunération :

L'association n'a pas les moyens financiers de rémunérer les personnes qui répondent aux appels à projets, et nous fonctionnons donc, pour les numéros collectifs, sous forme collaborative, pour plusieurs raisons : le manque de visibilité, des ventes qui ne sont pas explosives, de faibles bénéfices, lesquels permettent de payer les frais inhérents à l'association et les impressions. D'ailleurs, pour ces raisons notamment, nous ne demandons pas de travail exclusif et inédit de la part des artistes et des personnes qui souhaitent nous accompagner.


Aujourd'hui, nous rémunérons les personnes que nous sollicitons pour créer des œuvres/produits spécifiques (la création des goodies qui accompagnent les magazines par exemple), les performances lors de soirées et les artistes dont nous publions des livres entiers sous la forme des Mini Polysème (sous contrat d'édition).
Par ailleurs, le magazine fonctionne sous statut associatif (loi 1901) avec des bénévoles, aucun·e n'est rémunéré·e pour les heures passées sur ce projet, il n'y a donc aucun·e salarié·e au sein de l'équipe.